Impression 3D : réparation d’un jouet musical

Voici ma première véritable réparation d’un jouet qui aurait sans aucun doute fini aux poubelles ou peut-être que quelqu’un aurait voulu le réparer avec le fameux Duct Tape.

Il s’agit de mains à claper castagnettes qui malheureusement ont été brisées au niveau de la petite ceinture en plastique qui tient les mains ensemble. C’est un jouet qui appartient à la bambinerie, un lieu de divertissement et d’apprentissage parent-enfant qui offre une grande diversité d’activités éducatives pour les enfants d’âge préscolaire soit 0-5 ans.

Castagnettes - mains à claper

Castagnettes – mains à claper

Bref, une maman m’a présenté le jouet brisé en tentant de comprendre ce qui n’allait pas. On a fini par comprendre que la ceinture qui tenait les mains n’y était plus. Nous l’avons en effet retrouvé parterre, en deux morceaux. Alors évidemment la solution, de l’une fut de mettre du ruban adhésif «duct Tape», chose que j’aurais probablement proposé aussi il n’y a pas si longtemps.

Mais là, non! Je lui ai suggéré : «Laisse-moi voir si je ne pourrais pas refaire la pièce brisée avec mon imprimante 3D.» Je ne vous dis pas la tête qu’elle a fait, je crois qu’elle n’était pas trop sûre de comprendre ce que je venais de dire. Quoiqu’il en soit, je n’ai pas voulu donner plus d’explication, le contexte n’était pas approprié, mais j’ai pris l’objet et je l’ai apporté à la maison pour trouver une solution.

Observation, conception et fabrication

J’ai donc visualisé l’objet dans son ensemble pour voir quel type de pièce je devais créer. Finalement, la ceinture était toute simple, juste un rectangle en forme de tube. J’ai pris les mesures de la pièce cassée que j’ai précieusement gardée. Puis je l’ai modélisé dans un logiciel à cet effet, dans mon cas, tel que je l’ai déjà mentionné dans les précédents billets, j’utilise Fusion 360.

Modélisation de la pièce - plan

Modélisation de la pièce – plan

Modélisation de la pièce - rendu 3D

Modélisation de la pièce – rendu 3D

J’ai ensuite enregistré le tout en format STL pour l’envoyer dans mon trancheur. Une application qui permet de créer le .gcode c’est-à-dire un fichier contenant les données nécessaires pour que l’imprimante fabrique l’objet. Dans le trancheur (j’utilise Cura), j’ai ajusté quelques paramètres, mais pour le moment je n’irai pas plus loin concernant ces éléments dans ce billet.

Trancheur pour visualiser et paramètrer l'impression 3D de l'objet

Trancheur pour visualiser et paramètrer l’impression 3D de l’objet

Au début, je me suis dit que j’allais l’imprimer rapidement pour en faire un prototype, qui a été imprimé en 4 minutes avec les paramètres choisis. Finalement, mon prototype s’est avéré être à mes yeux suffisament solide, donc je n’ai pas fait une version qui aurait peut-être été plus rigide (temps d’impression 8 minutes). Étant donné que la pièce devait s’enfiler dans le manche des castagnettes, je préférais garder une certaine souplesse dans l’objet. Aussi, le bleu que j’avais pour l’impression ne correspondait pas parfaitement au bleu du jouet, mais avoir eu accès à une variété de couleur ça aurait été possible de s’en approcher.

Pièce originale en bleu foncé, nouvelle pièce en bleu clair

Pièce originale en bleu foncé, nouvelle pièce en bleu clair

Cela étant dit, le plastique que j’utilise pour mes impressions c’est du PLA, et on sait que cette matière biodégradable est moins résistante que l’ABS un autre plastique souvent utilisé en impression numérique. Donc j’ignore combien de temps ce jouet fonctionnera encore, mais s’il ne subit pas de terribles tortures, qu’il n’est pas laissé dans un endroit extrêmement humide et qu’il est utilisé uniquement pour faire de la musique, d’après moi, il devrait avoir une deuxième vie assez longue.

Voilà, je ne suis pas peu fière d’avoir réalisé cette réparation avec notre imprimante 3D. Je trouve ça remarquable que l’on puisse enfin penser que les objets qui nous entourent puissent être remis en état de fonctionner, même ceux que l’on croit trop complexe à réparer. Ce jouet musical est un exemple simple d’un produit qui peut facilement être brisé vu le type de matériau avec lequel il est fabriqué mais qui peut aussi être facilement réparé si on a accès à une imprimante 3D.

Fab Lab

Je tiens à rappeler ici que les fab labs mettent à disposition diverses imprimantes 3D et que les gens qui y travaillent sont généralement en mesure de vous accompagner dans votre processus de réparation, et cela, de la conception à la fabrication. J’insiste sur le mot accompagnement, car ils ne font pas le travaille à votre place, ils vous guident pour que vous puissiez devenir l’artisan numérique que vous ignorer peut-être que vous êtes!

Partager:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *