Aah la rentrée!

Il fut un temps où j’adorais la rentrée. J’avais hâte de retrouver certains compagnons de classe que je n’avais pas vu du tout ou pas assez durant l’été. J’aimais sentir le parfum du papier des cahiers Canada encore vierges de mots, de chiffres et de gribouillis inspirés par les enseignants ennuyeux. Et que dire des vieux livres d’école aux reliures rafistolées avec du ruban adhésif et de leurs pages noircies, marquées à jamais par l’usure ou la saleté des doigts (je ne suis pas trop sûre) de ceux qui les ont manipulés.

Une de mes activités préférée était de faire le ménage de mon étui à crayons. Je choisissais judicieusement quels crayons allaient poursuivre sa route dans mes apprentissages et lesquels je devais choisir d’abandonner. Très souvent, mon abandon était dû au fait que les dits objets avaient rendu l’encre. Voyez-vous, c’est parce que je suis fidèle même avec mes stylos.

Pour moi l’école c’était synonyme d’écriture. Avant la rentrée, je me pratiquais à écrire comme si durant l’été je n’avais jamais écrit. En fait, j’écrivais tous les jours parce que je tenais un journal intime, cependant ma calligraphie dans ce cahier n’était pas des plus soignée étant donné que souvent j’écrivais à la hâte, parfois en colère, parfois triste, parfois très fatiguée donc mes mots endossaient l’allure de mes émotions du moment.

Photo de @pressfoto (Freepik)

Photo de @pressfoto (Freepik)

À la rentrée, je m’appliquais, je formais les lettres avec élégance. Mes courbes et mes traits, enfin ceux de mes mots, étaient pour ainsi dire parfaits. Seulement une fois l’année scolaire bien démarrée, il ne fallait que quelques semaines d’écriture obligée pour que mes mots prennent soudain un genre de coup de vieux. S’il ne manquait pas des bouts littéralement à mes lettres, c’est qu’elles avaient perdu toutes leurs rondeurs. On pouvait confondre même certaines d’entre-elles. Enfin, on finissait par deviner les mots plutôt que de les lire. Ce n’est qu’au retour des vacances des fêtes que ma minutie revenait me hanter. Cependant, encore une fois, elle était de courte durée.

D’ailleurs encore aujourd’hui j’adore écrire. Tant sur un clavier que directement sur une feuille blanche un stylo à la main. Imaginez-vous donc que parfois je suis capable de réécrire une simple liste de choses à faire uniquement parce que quelques mots sont mal écrits. Bon, je sais, c’est un peu bizarroïde comme comportement, mais que voulez-vous que je vous dise c’est comme ça, je ne suis pas parfaite mais j’aime que les choses soient bien faites, et cela même si c’est une liste d’épicerie!

Aah la rentrée… je l’aimais bien autrefois.

Aujourd’hui, la rentrée c’est l’angoisse! Avec trois enfants dont deux aux primaires et l’un encore aux couches (pas pour longtemps je l’espère), je n’ai pas le temps de renifler l’odeur des cahiers Canada flambant neufs.

La rentrée ce n’est qu’une suite de questions auxquelles il faut absolument répondre parce que si l’une d’elles demeurent sans réponse c’est la catastrophe.

D’abord et avant tout, va-t-on pouvoir payer tous les frais sans devoir mettre un bras ou une jambe en prêt sur gage? Parce que l’école c’est gratuit, mais la gratuité ça se paye à coup de frais scolaire, de matériel didactique et de vêtements. On ne peut quand même pas envoyer nos enfants tout nus à l’école! Et je ne sais pas pour les vôtres, mais les miens grandissent à vue d’œil.

Qu’est-ce qui manque dans la liste d’effets scolaires? Où peut-on trouver ce maudit duo Tang gris? Les sacs à dos de l’an passé sont-ils récupérables? Non, lesquels peut-on acheter en osant imaginer qu’ils puissent avoir une durée de vie de plus de 4 mois?

Enfin, la liste est complétée, parfait! Là, c’est le tour de l’identification.

Et oui, chaque crayon doit avoir un nom. Enfin, le prénom de l’enfant à qui appartient le crayon, parce que croyez-le ou non, dans notre société de consommation où l’on a des rayons de magasin complet exposant toutes sortes de stylos, de marqueurs, de crayon à mine qu’on pousse ou qu’on aiguise, et bien ils sont tous la proie des voleurs.

Oui Monsieur et Madame, les crayons se font voler. Pire encore, même les moignons de crayons peuvent se faire enlever, c’est dire combien ces objets d’écriture sont convoités dans nos écoles.

Je me disais autrefois que c’était bien, ça signifiait que les enfants aimaient écrire et qu’ils utilisaient et aiguisaient souvent leur crayon à mine, pour ne parler que d’eux. Raison pour laquelle certains élèves empruntent furtivement les crayons aux autres enfants sans jamais pouvoir leur rendre. Mais non, rien de tout cela, en réalité les crayons se font bouffer, les pauvres! On n’a pas des enfants qui vont à l’école, on a des chiots qui font leurs dents sur du bois! Bon, j’exagère à peine.

Enfin, qu’ils se fassent voler, avaler ou perdre, il n’en demeure pas moins que l’on doit étiqueter chaque crayon pour s’assurer que nos filles puissent écrire et dessiner jusqu’à la fin de l’année scolaire!

Tant d’autres choses me tourmentent lors de la rentrée. Je ne gère plus juste mon excitation d’autrefois lorsque c’était moi seule qui allais découvrir mes nouveaux profs, mes nouveaux cours et aussi mes nouveaux camarades. Non, là je dois m’assurer que nos deux filles se sentent bien. Elles ont hâte et sont un peu craintives aussi. Je dois tenter de les rassurer sans excès et de manière différente parce que ce qu’elles vivront sera une expérience unique pour chacun d’elles.

Ce que j’essaie surtout de faire, pour atténuer ma propre anxiété face à ces nouvelles expériences qui ne m’appartiennent pas, c’est de leur transmettre mon amour des crayons et des livres : «Sens comme il sent bon ton nouveau cahier d’écriture.» «Vois comme ils dessinent bien tes nouveaux feutres.» Bon, je me fais probablement des illusions en croyant pouvoir entendre un «Wow, tu as raison maman!». Disons que j’ai plutôt droit à un regard de travers quand je mets mon nez dans un livre, mais c’est suffisant pour me faire pouffer de rire et m’enlever un peu d’angoisse qui pèse si lourd sur mes épaules.

Cela étant écrit, je finirai bien par apprécier la rentrée un jour… vers le mois novembre!

Sur ce, je vous souhaite une belle rentrée scolaire à tous!

Partager:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *