Rendez-vous avec Mentor:
la comparaison est inutile

CHARLOTTE
(se prend la tête entre les mains)
Pourquoi m'arrive-t-il parfois d'avoir ce mal-être qui semble provenir du plus profond de mon être?
MENTOR
Il faut comprendre que l'esprit a un vécu et qu'il porte les traces de ses diverses expériences, il est normal d'avoir des réactions dont on ignore la véritable source.
CHARLOTTE
Que faut-il faire pour ne pas réagir trop rapidement au risque de prendre une mauvaise décision?
MENTOR
Tous les choix de vie ne sont qu'une suite de décisions que l'on juge avec le recul comme étant une décision hâtive, sage, judicieuse ou encore une mauvaise décision. Ce n'est que le futur qui permet de nous éclairer. La décision prise sera inévitablement celle qui vous permettra de vivre ce que vous devez vivre.
CHARLOTTE
(scandaliée)
C'est une fatalité? N'avons-nous pas le contrôle sur notre vie?
MENTOR
Ouivous l'avez eumaintenant il vous reste à le vivre. Vous voyez la fatalité comme étant une chose négative mais il n'en est rien.
CHARLOTTE
Quand vous me ditesvous l'avez euque voulez-vous dire exactement?
MENTOR
Bien évidemment que votre esprit a déjà choisi le parcours qu'il allait accomplir cette vie-ci.
CHARLOTTE
Mais pourquoi diable aurions-nous besoin de vivre des événements dont nous aurions planifiés le déroulement antérieurement? L'apprentissage ne peut-il pas se faire en réfléchissant tout bonnement plutôt qu'en le vivant forcément?
MENTOR
Il est possible d'apprendre en observant les autres mais il n'y a rien comme l'expérimentation pour sentir et réagirvibrer et comprendre. On planifie pour se préparer. Ne le faites-vous pas lors de vos vacances, votre retraite, votre vie de couple? Et même en planifiant soigneusementsoyez forcé de vous rendre compte que tout ne se déroule pas comme prévu. Il en va ainsi aussi du parcours de votre vie.
CHARLOTTE
Il m'est difficile d'imaginer que toute ma vie soit tracée. Enfin, la mienne a été remplie d'embûches toutefois je mentirais si je disais qu'il n'y a rien de pire, même si c'est ce que je ressens. Je sais bien que mon expérience n'est pas aussi tragique que ce que d'autres personnes à travers le monde ont vécu ou vivent présentement.
MENTOR
Il est difficile de comprendre que les maux sont des maux peu importe l'intensité ou la portée que ceux-ci peuvent avoir. L'Homme juge souventet beaucoup troppar comparaison, c'est ce qui lui fait croire que l'un souffre plus que l'autre ou qu'il culpabilise pour sa propre faiblesse dans une situation donnée. Cette dernière n'étant pas par comparaison une situation
(en mimant les guillemets)
bien graveIl faut cesser de se juger ou de juger autrui avec la lentille de la comparaison. Pour pouvoir comparer il faut avoir le même bagage de vie et pas que celle-ci. Ce qui est donc impossible.
CHARLOTTE
Pourtant nous vivons dans un monde où la comparaison est à la base de bien des situations. Que devrions-nous apprendre par ce comportement?
MENTOR
Qu'il est inutile.
CHARLOTTE
Alors pourquoi existe-t-il?
MENTOR
Parce que c'est un apprentissage fondamental.
CHARLOTTE
(hoche la tête très confuse)
J'ai dû mal à suivre…
MENTOR
Vous apprenez par l'expérience.
CHARLOTTE
Mais si une chose est inutile pourquoi existerait-elle au départ?
MENTOR
L'inutilité peut-être utile dans un autre contexte. C'est l'application d'une attitude à un sujet donné qui fait de ce comportement, un comportement pertinent.
CHARLOTTE
Alors si je reviens à cette étrange sensation qu'il m'arrive de vivre, selon vous, dois-je trouver son utilité ou inutilité dans ma vie actuellement?
MENTOR
Il serait en effet très sage pour employer vos mots de discerner si cette émotion est pertinente ou non dans la situation. Vous ne connaissez pas la source mais elle a peut-être eu son utilité par le passé qu'aujourd'hui elle n'aurait plus.
CHARLOTTE
Merci pour ces paroles. Ce que je retiens c'est qu'il ne faut pas comparer pour chercher à comprendre les autres ou soi-même. Vous me donner de quoi réfléchir, nous en rediscuterons certainement!
MENTOR
Bien sûr avec plaisir!
  
Partager:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

2 Commentaires

  1. J'aime beaucoup cette discussion avec Mentor. Tout n'est toutefois pas dit dans cet échange, donc porte à réfléchir. J'aime le thème « vie-ci », ce qui sous-entend qu'il n'y en pas qu'une… L'Âme, cette partie divine qui nous habite, sait pourquoi elle s'est incarnée dans un corps. Et je suis d'accord avec Mentor : l'expérience est à la base de sa raison d'être ici-bas. L'ultime but, selon moi, est d'apprendre à aimer, c'est-à-dire à recevoir et à donner de l'amour inconditionnel à toutes formes de vie. Et c'est par les nombreuses expériences que nous vivons, au fil de nos incarnations, que nous y arrivons.
    Ce que tu racontes, je le vis. Il m'arrive de tomber dans une profonde déprime, un mal-être qui me tire vers le bas, vers le désespoir. Et j'en ai compris la source : le manque d'amour envers moi-même. Pour en arriver à donner de l'amour aux autres, il faut d'abord apprendre à s'aimer soi-même. Moi, je suis née pour écrire. Et quand je me renie, que je contrôle ma créativité ou que je rejette ma propre fibre, je ne vais pas bien du tout. Et les symptômes sont même physiques : pour faire court, je congestionne, de partout.
    Pour vivre et garder un certaine équilibre dans ma vie, je dois écrire. Maintenant, je le sais, je l'accepte. Écrire c'est moi, je n'y peux rien. J'ai compris pourquoi je me suis incarnée dans cette vie-cie : apprendre à reconnaître qui je suis, à m'aimer et à faire ce pour quoi je suis née. Ce faisant, je suis bien, heureuse, et je dégage de bonnes vibrations… Je peux ensuite mieux redonner à la vie ! Car mon coeur est ouvert !
    Merci pour ce billet. J'ai hâte de lire les prochains.
    Annie 🙂

  2. Annie, ça fait bien plaisir si ce billet a pu te toucher particulièrement. J'apprécie que tu partages ce que tu penses concernant le sujet traité c'est en partie la raison pour laquelle je sentais le besoin d'écrire ces prochains Rendez-vous avec Mentor.

    Effectivement tout n'est pas dit clairement et c'est disons voulu, mais les prochaines discutions, qui sait, peut-être que certaines choses deviendront plus claires… 😉

    L'essentiel c'est que les sujets abordés puissent amener à réfléchir, sans vouloir imposer aucune solution ou réponse précisément.

    Merci encore de lire mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *