Comment structurer ses idées?

C’est après avoir discuté avec mon époux et après avoir lu en partie un livre qu’il m’a suggéré, que j’ai réalisé que j’avais besoin d’un outil autre que mon ordinateur pour structurer mes idées et mes pensées concernant ce projet de film.

Faire une arborescence ou une chronologie avec des applications ça se fait plutôt bien. Toutefois, si la chronologie n’est pas encore complètement établie, écrire nos idées dans un certain ordre et les déplacer de manière à les organiser devient un peu plus laborieux. En effet, puisque la lecture des divers éléments écrits, très souvent est linéaire, il est difficile d’avoir une vue d’ensemble.

Logiciel pour organiser les idées

Il existe des applications tel que MindManager qui aide à schématiser notre pensée. En effet, le but principal de cette application est de permettre de visualiser nos remue-méninges et nos planifications. Je vous invite à voir les possibilités offertes par cette application en consultant le site MindManager . Vous pouvez visionner une vidéo explicative pour avoir un meilleur aperçu (en anglais seulement). Cette application est intéressante, mais pour obtenir il faut l’acheter.

Bien qu’il existe certains logiciels d’organisation des idées, je crois que le fait de reste assis à l’ordinateur limite notre créativité et notre réflexion. Personnellement, devant un ordinateur, j’ai l’impression de devoir réaliser immédiatement les choses dans le bon ordre et de manière la plus juste possible.

Alors je crois que le mieux c’est de prendre un véritable recul et se mettre dans un autre contexte qui favorise l’idéation de concepts, la création d’anecdotes et aussi qui provoque la remémoration des souvenirs.

Mise en situation : Des idées désordonnées

J’avais eu l’idée d’écrire un scénario à partir d’un fait vécu. On dit souvent que pour réussir à bien écrire et à toucher les lecteurs, il faut écrire sur les choses que l’on connait. Alors je me suis dis que cette philosophie pouvait s’appliquer également lors de la rédaction d’un scénario.

Cependant, j’ai eu un moment de doute et je me suis dit qu’il fallait que mon histoire, ou disons mon film, se distingue de la plupart des films actuels et, surtout, des sujets traités aujourd’hui par les films québécois. Il faut dire que le cinéma québécois a beaucoup changé. Il existe une grande variété de type de films et il est difficile de trouver une niche particulière n’ayant pas été complètement exploitée.

Réflexion faite, j’ai eu une idée! Maintenant, il ne reste qu’à jumeler les éléments du fait vécu c’est-à-dire de mon intrigue, avec l’intrigue secondaire soit le thème du film. Et là, je n’arrivais pas à mettre mes idées en place. Le chaos!

Solution : Utilisation d’outils archaïques – le papier et le crayon

Mais grâce aux précieux conseils de mon époux et à Garr Reynolds, auteur du livre Presentation Zen, j’ai trouvé la solution à mon problème d’organisation des idées. Du moins, je l’espère!

J’ai tout d’abord lu des extraits de chapitre ici et là et quelques citations, car je trouve ces dernières très inspirantes. En voici une d’ailleurs qui m’a particulièrement marquée.

If you’re not prepared to be wrong,
you’ll never come up with anything original.

– Ken Robinson

La raison pour laquelle cette phrase m’a touché, c’est que je suis le genre de personne perfectionniste, voire une éternelle insatisfaite, qui n’ose pas commencer certains projets parce que je crains de m’y prendre de la mauvaise manière. Ce n’est pas l’ampleur du travail qui me fait peur mais l’idée de partir du mauvais pied et de réaliser un vrai désastre! Enfin, cette citation m’a encouragé à commencer au risque de faire des erreurs de parcours! Qu’importe, je réajusterai mon tir en temps et lieu, si nécessaire!

La bonne vieille méthode

Bref, la solution pouvant, d’une part, m’aider à vider ma tête des innombrables pensées que j’ai et, d’autre part, à classer ces idées d’une manière cohérente, c’est l’utilisation de petits billets collés au mur!

J’ai choisi d’utiliser des billets de couleurs différentes pour mieux identifier le type d’événement exposé dans une scène. Pour l’instant j’ai identifié trois éléments qui décriraient le type de situation qu’il faut présenter, il s’agit des «faits» vécus, des «phénomènes» et des aspects «spirituels». J’écrirai donc toutes les pensées qui me viendront à l’esprit concernant ce projet et je les apposerai au mur pour pouvoir éventuellement mettre de l’ordre dans toutes mes idées.

C’est mon époux qui a choisi l’endroit pour appliquer cette méthode, et oui! Moi, je me serai contentée d’un petit coin dans le bureau, mais lui, il a préféré le grand mur du salon en prétextant qu’il faut de l’espace et de la lumière, beaucoup de lumière. Alors que pour moi, c’est le risque et une manière de m’exposer aux questionnements ou à la critique de ceux qui pourraient voir ce mur. Par chance, je n’ai pas beaucoup de visiteurs!!!

Cette méthode apparemment est efficace pour plusieurs types de projets qui nécessitent de transmettre un message précis mais avec plusieurs analogies. On dit que de faire des métaphores ou des liens visuels permet aux auditeurs, lecteurs ou spectateurs de se rappeler le message que l’on a voulu transmettre et donc de créer des messages marquants.

Dans un prochain billet j’expliquerai plus en détail les trucs qui font en sorte que l’on puisse marquer les gens dans leur imaginaire pour qu’ils se souviennent de ce qu’ils ont vu et entendu.

Sur ce, je me lance! Et je vous partagerai l’évolution de ce Mur des «Post-itées».

Partager:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

3 Comments

  1. quelles bonnes idées que voilà! Je viens toujours lire les derniers billets et je trouve que ce blog est génial. Merci de partager tout ses trucs avec nous, je sais que de mon côté, ça va aider certains projets qui ont bien besoin d’un petit coup de pouce :)

  2. Anne Marie, merci pour ton commentaire, comme disent les anglophones, «It makes my day»!

    En fait, je suis très heureuse que mon blogue puisse être utile à d’autres personnes dans le cadre de la création de leur projet. Je sais combien il est parfois difficile d’aller de l’avant ou même juste de démarrer un projet. Tout cela, sans compter qu’il faut très souvent trouver les méthodes pour arriver à accomplir les différentes tâches qui permettent la concrétisation de nos rêves.

    Parfois, comme tu l’écris, c’est un coup de pouce qu’on a besoin, toutefois pour ma part, c’est davantage un coup de pied au derrière! 😉

    Bref, si mes recherches, mes réflexions et mes trucs peuvent servir aux lecteurs de ce blogue, j’ai déjà une forme de satisfaction d’avoir eu l’idée de créer ce blogue pour mon projet d’écriture!

    Bonne continuation dans tes projets!

  3. Bekhouchechakib

    Merci pour ce partage, très instructif, motivant surtout.bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *