L’auto-publication et l’impression d’un livre

Nous savons tous que dans le domaine de l’édition, comme d’ailleurs dans le domaine de la musique, les auteurs et les artistes n’obtiennent pas un gros pourcentage sur les ventes de leurs livres ou leurs disques compacts. Je crois savoir que le pourcentage des droits d’auteur tourne autour de 10% mais cela dépend évidemment de l’entente qu’il est possible d’obtenir avec l’éditeur qui désire publier notre livre. Cela étant écrit, selon ce pourcentage, pour un livre qui est vendu à 20$ l’auteur peut obtenir 2$ de profit. Ce n’est pas la gros lot! Toutefois, si le livre se vend bien évidemment que ce pourcentage est très intéressant, mais il faut en vendre un bon nombre pour avoir un montant considérable.

Il s’avère néanmoins que ce ne sont pas tous les livres qui sont destinés au grand public ou qui, pour diverses raisons, ne peuvent être vendus en très grande quantité. Dans ce cas, pourquoi ne pas trouver une alternative suffisamment intéressante pour publier son propre livre à moindre coût et faire un peu plus de profit qu’en faisant affaire avec un éditeur. De toute évidence les moyens de distribution ne seront pas du tout les mêmes, cependant si vous avez un site personnel par exemple, sur lequel vous avez un très bon achalandage, pourquoi ne sert-il pas possible de promouvoir votre ou vos livres?

Voici quelques sites que j’ai trouvé en navigant sur l’Internet qui offre des services de publication et impression de documents variés.

Lulu.com

Voici une forme de maison d’édition en ligne, Lulu.com qui propose d’imprimer les documents que vous désirez réaliser et vous laisse profiter de 80% des revenus droits d’auteur. Vous pouvez donc connaître les coûts d’impression et évaluer vous-mêmes le prix de vente de votre livre pour en tirer un certain profit. Ce site vous permet aussi de promouvoir vos livres via une vitrine Web et vous donne quelques outils pour facilité la promotion de vos documents. Il est spécifié que l’impression des livres se fait à mesure que les commandes sont passées.

J’avoue ne pas avoir expérimenté la chose, mais peut-être que je vais avoir l’occasion de le faire un jour, et je vous en toucherai un mot à savoir si ça vaut la peine et si le système est efficace. Toutefois, si quelques-uns parmi vous avez déjà tenté l’expérience j’aimerais bien avoir vos avis à ce sujet.

Blurb.com

Le site de Blurb.com est malheureusement uniquement en anglais et il s’agit d’un site qui permet de faire imprimer des documents tel que vous le feriez chez un imprimeur local. Dans ce cas-ci, il n’est pas du tout question de soutient pour faire la publication de livre. En revanche, puisqu’il propose de faire l’impression de vos documents, il est possible de télécharger une petite application gratuite permettant de faire la mise en page de manière plutôt facile. Personnellement, étant dans le domaine de l’infographie depuis près de 10 ans, je fais la mise en page de mes divers documents sur des logiciels de type professionnel tel Indesign de Adobe.

Bref, s’il faut seulement imprimer un livre en quelques exemplaires, il est également possible de s’informer auprès de divers imprimeurs locaux sans passer inévitablement par des services d’impression sur Internet.

Je trouve simplement l’idée intéressante de pouvoir faire de l’auto-publication via le Web et faire imprimer en conséquence uniquement les livres qui sont achetés. Donc, pas d’inventaire et pas besoin de faire du stockage de livres. Enfin, c’est une avenue possible, différente et, d’après moi, très intéressante!

Autres liens intéressants:

Partager:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

5 Comments

  1. Audegond Roselyne

    Bonjour, je lis à l’instant votre mot à propos de Lulu.com.
    J’y ai publié mon premier (et unique pour le moment) roman, sous le pseudonyme de Lyne-Rose Garvède, intitulé « Le destin s’en était mêlé ».
    Pour ma part, c’est un site sérieux. Dans l’ensemble, les auteurs sont bien conseillés. Néanmoins, je regrette que certaines fenêtres ne soient lisibles qu’en anglais (mon niveau personnel est scolaire) et l’aide en ligne est parfois inactive ou là encore en anglais. En ce qui concerne la distribution, l’ISBN est gratuit dans la plupart des cas et les conseils pour faire aboutir la parution sur les librairies en ligne ne manquent pas. Mais quand vient le moment de se faire connaître, c’est plus difficile. Lulu.com annonce que l’auteur voit son oeuvre sur Amazon.fr et autres librairies en ligne environ 2 mois après la validation. Personnellement, mon roman n’est visible à ce jour que sur Amazon. Et le plus gros problème, c’est qu’il ne comporte pas de résumé. Et quand on passe une commande, les délais sont très longs. Pourtant, j’ai reçu tous mes exemplaires achetés sur Lulu en 9-10 jours. J’ai l’impression que les conseils comme les communiqués de presse et autres ne fonctionnent pas. A moins que ce soit moi qui ne sache pas m’y prendre.
    Ceci dit, Lulu.com est, je crois, le site le plus connu dans le genre et représente une belle opportunité pour les auteurs débutants.

  2. Merci beaucoup Roselyne d’avoir pris le temps de partager votre expérience avec Lulu.com. Je suis ravie d’avoir l’avis d’une personne qui a eu recours à ce genre de service Web.

    Il est certain que ce genre de service n’est pas parfaitement au point. Il s’agit tout de même de réaliser ce que plusieurs font avec des maisons d’édition, en faisant des affaires personne à personne. Donc, pour un site du genre, il est évident qu’il y a place à l’amélioration. Toutefois, comme vous le mentionnez c’est un site qui offre une belle opportunité pour les nouveaux auteurs.

    Merci encore!

  3. Pendant quelques années, ma famille a eu une maison d’édition (une dizaine de publications), par la suite, je n’ai pas voulu m’en occuper en tant que directrice mais j’ai continué cmme infographiste. J’ai développé une expertise. J’ai donc monté plusieurs livres à compte d’auteur. Je sais tout faire dans le domaine de l’édition: correction, montage, recherche d’imprimeur, ISBN (toujours gratuit, il suffit d’en faire la demande à la Bibliothèque nationale du Québec, ce n’est pas sorcier, ça peut même se faire par courriel et si quelqu’un vous fait payer pour ça, il n’est pas sérieux), mais ma faiblesse résidait dans la dans la distribution. La librairie Raffin peut s’en occuper pour distribution au Québec, si le nombre d’exemplaires le justifie. Plusieurs auteurs ont un réseau de contacts et sont prêts à se déplacer dans les diverses expositions régionales pour vendre les 300 ou 500 exemplaires qu’ils ont fait imprimer.
    J’aimais bien ce travail, mais j’ai eu quelques auteurs qui ont exagéré (toute médaille a toujours deux côtés) et j’ai cessé d’offrir mes services. Et il faut dire aussi que ça prenait beaucoup de mon temps et si je veux écrire mes propres mots alors que pendant vingt ans, j’ai corrigé ceux des autres…
    Malgré la mauvaise presse faite aux entreprises qui font de l’édition à compte d’auteur, je crois encore que ça convient à plusieurs auteurs, en autant qu’ils sachent ce qu’il en est au juste, dès le départ.

  4. Merci beaucoup pour cette information

  5. Plusieurs auteurs ont un réseau de contacts et sont prêts à se déplacer dans les diverses expositions régionales pour vendre les 300 ou 500 exemplaires qu’ils ont fait imprimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *