Solarpunk : le soleil et l’espoir surplombent sur le désespoir

Ceux qui comme moi aiment les histoires de science-fiction auront sans doute remarqué que depuis les années 70 jusqu’à tout récemment, la littérature ainsi que le cinéma nous ont dépeint des mondes souvent ruinés par la technologie, le pétrole et l’industrialisation. Aussi, l’humanité se trouve souvent en perdition, avec des peuples drogués, violents et pervertis ainsi que d’autres où les individus sont chétifs et assujettis.

De la robotisation jusqu’au transhumanisme, des sociétés de brigands et de hackers, avec des fils en tout genre qui arpentent ce qu’il reste des rues et des immeubles. Bref, souvent ce sont des décors très sombres ou parfois seuls les néons éclairent ces cités ténébreuses.

Dans ce style particulièrement obscur, si on regarde au cinéma, on peut penser à Blade Runner, Matrix, Terminator, Fifth Element et plus récemment Ghost in the Shell et Ready Player One. Ceux-ci représentent assez bien le genre de science-fiction que l’on appelle Cyberpunk.

Blade Runner 1982

Blade Runner 1982

Il existe aussi les histoires qui se déroulent dans l’espace ou sur d’autres planètes avec des créatures extraterrestres, telles que Alien et Dune. Puis, les récits post-apocalyptiques qui présentent une Terre dévastée, à la Mad Max ou Waterworld. Finalement, les mondes ravagés par les virus qui obligent les humains à se terrer soit sous terre ou dans des bunkers.

C’est loin d’être une liste exhaustive, il y en a tant d’autres histoires qui nous offrent des images de fin du monde et tellement de genre de récits de science-fiction qu’il faudrait écrire toute une série de billets à ce sujet. Ce que je ne ferai pas.

Vers un nouveau mouvement…

Solar_punk_book_bresilienToutefois, la raison pour laquelle j’ai pris le temps d’écrire à ce sujet, c’est que je voulais vous amener vers des sentiers qui ne sont pas encore tout à fait explorés. Cela fait à peine quelques années, plus précisément en 2012 que l’on a vu apparaître un premier ouvrage Solarpunk: Histórias ecológicas e fantásticas em um mundo sustentável traduit «Solarpunk : histoires écologiques et fantastiques dans un monde durable ». Il s’agit d’un recueil brésilien de nouvelles que je n’ai pas eu l’occasion encore de lire, mais que certains résument ainsi:

Des récits d’anticipation qui roulent aux carburants biologiques boostés aux nanotechnologies, où l’on contrôle la puissance de la foudre et fait voler d’immenses navires spatiaux grâce au rayonnement solaire. Parmi les auteurs portugais et brésiliens, un certain nombre de journalistes scientifiques et d’ingénieurs accolent leurs plumes à celles des littéraires, donnant au projet un air de manifeste.

— Le Solarpunk, une cure de soleil contre la fin du monde

Qu’est-ce que le Solarpunk?

Le Solarpunk est un mouvement qui diverge des récits du genre dystopie ou cyberpunk.

Dans le cas de la dystopie, on retrouve des sociétés imaginaires qui sont souvent dysfonctionnelles, où le bonheur est inatteignable, où les représentations tant des lieux que des personnages sont mauvaises et sombres. C’est ce que certains définissent comme une obscure utopie ou une contre-utopie.

Pour ce qui est du Cyberpunk on s’inspire de la dystopie, mais il s’agit davantage d’un futur proche dans lequel la technologie est avancée souvent informatique et électronique et où les lieux sont lugubres et violents.

Enfin, le Solarpunk est une réplique à ces genres de science-fiction plutôt sinistres et sans espoir. C’est une vision qui illustre les possibilités de vivre en harmonie avec la nature et de vivre dans un monde plus égalitaire. Elle présente aussi des technologies qui existent déjà et qui nous permettraient de construire ce «meilleur futur» tant souhaité.

Mais pourquoi est-ce qu’il y a le mot Punk? En quoi un monde en communion avec la nature, avec des bâtiments aux formes organiques et aux couleurs plus lumineuses puisse bien mériter le mot Punk?

C’est en partie ce qu’explique cette conférencière, Keisha Howard, dans ce TEDx. Elle mentionne entre autres que pour parvenir à créer un futur de ce type, il faudra poser des gestes drastiques et changer nos mentalités de manière radicale. Elle affiche une citation de Fredric Jameson qui est vraiment percutante:

Someone once said that it is easier to imagine the end of the world than to imagine the end of capitalism.

(Quelqu’un a dit un jour qu’il était plus facile d’imaginer la fin du monde que d’imaginer la fin du capitalisme.)

N’est-ce pas épouvantable? Manquons-nous tant d’imagination?

La conférencière continue sur cette idée que nous sommes tellement habitués à notre train-train quotidien, à notre manière de consommer et de produire qu’il nous semble plus facile d’imaginer amener l’humanité au bord du gouffre. Et tenter de reconstruire un monde meilleur après une apocalypse qui aura anéanti presque toute la planète. On peut s’imaginer jeter toute la planète Terre et recommencer tout à zéro sur une autre planète. Bien sûr, c’est insensé. Néanmoins, on dirait bien que c’est ce que l’on préfère, attendre l’arrivée d’une catastrophe plutôt que de changer nos façons de faire immédiatement ce qui pourrait bouleverser un peu nos modes de vie.

Des architectures aux allures Solarpunk

Pourquoi j’en suis venue sur ce sujet? Parce qu’un jour mon époux m’a dit: «Connais-tu ce mouvement Solarpunk?» Ces quelques mots on suffit pour piquer ma curiosité et je me suis mise à fouiller l’Internet pour y trouver des renseignements et des images pour mes fonds d’écran.

C’est ainsi que je suis tombée sur bon nombreux d’images fantastiques provenant principalement de quelques artistes ici et là qui osent imaginer un futur plus vert.

Vincent Callebaut – Architecte

Puis, j’ai également trouvé des images époustouflantes qui ont été créées par un architecte belge installé à Paris, Vincent Callebaut. Il a réalisé quelques projets d’écoquartier aux allures futuristes mettant de l’avant les énergies renouvelables et l’agriculture urbaine. Les projets qu’il présente et que vous pouvez voir en image sur son site sont tout simplement incroyables.

Tour Taxis Energy Plus Masterplan par Vincent Callebaut

Tour Taxis Energy Plus Masterplan par Vincent Callebaut

Je vous invite également à écouter son TEDx, car il communique bien l’urgence d’agir et les possibilités concrètes de réaliser des projets rapidement pour un monde durable. Il présente la ville de Paris en 2050 avec cette vision imprégnée de nouvelles technologies et d’écologie avec des images fabuleuses presque utopiques alors qu’elles sont en réalité tout à fait réalisables.

La vidéo suivante présente un autre projet tout à fait renversant qui est réellement digne du genre Solarpunk.

Stefano Boeri – Architecte

Un autre architecte qui a réalisé un projet de renouvellement urbain dans l’esprit de réintégrer la nature dans nos villes, il s’agit de Stefano Boeri avec sa forêt verticale soit Bosco verticale. Ces deux tours d’habitation ont été inaugurées en 2014 et sont souvent présentées comme un exemple d’écodesign urbain.

Bosco Verticale - Stefano Boeri Source image : Flawless

Bosco Verticale – Stefano Boeri
Source image : Flawless

Ne pas craindre le changement

Enfin, nous pouvons convenir que nous avons les connaissances et la science, les technologies et les moyens de mettre en place des projets qui nous permettront d’entamer un pas sûr vers un futur plus durable. Cela fait au moins 30 ans qu’on nous bombarde d’avertissements concernant les dangers à venir, qu’on nous expose ce qu’il faudrait faire pour améliorer voire renverser le cours des choses.

Cessons de tergiverser, nous avons les moyens d’aller droit au but. Il faut juste agir. Et comme le dit si bien cette jeune fille, Greta Thunberg, qui a pris la parole au COP24 et qui a aussi fait un TEDx, nous avons besoin d’espoir, plus que jamais c’est sûr, mais ce dont on a besoin encore plus que l’espoir c’est l’action. À partir du moment où l’on agit, l’espoir se retrouvera partout. Alors au lieu de chercher l’espoir, il faut chercher l’action.

Je termine avec ces deux citations qui j’aime bien. «Il n’y a rien de négatif dans le changement, si c’est dans la bonne direction.» a-t-il dit un jour Winston Churchill. Et puis l’une bien connue de Gandhi: «Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.»

Voyez grand. Voyez vert. Voyez l’avenir.

Liens intéressants :

What is solarpunk? – Solarpunk anarchist

Wildlife crossings stop roadkill. Why aren’t there more?
Vidéo en anglais expliquant l’objectif de créer des passages pour sous ou sur les autoroutes afin de préserver la sécurité des animaux sauvages et aussi des automobilistes.

DIY Solar Sail Boat Solar Punk Style

 

Partager:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *