L’écriture automatique, source d’inspiration!

J’adore écrire! Le saviez-vous? En fait, je suis la plus heureuse des femmes lorsque je tiens un crayon et que j’écris quelques mots dans un calepin. Évidemment, il n’y a pas que cela qui me comble, mais disons que pour moi écrire c’est une passion, voire un besoin. Je pense à «passion» comme d’une émotion qui est plus forte que moi (Wikipédia), comme d’un intérêt très vif pour quelque chose (L’internaute Encyclopédie). Je pense à «besoin» comme d’une chose nécessaire à mon être presque au même titre que de respirer et me nourrir.

L’écriture

Dans ma jeunesse j’ai beaucoup écrit. Je tenais un journal dans lequel je devais y écrire au moins une fois par jour. J’avais également un cahier dans lequel je composais mes innombrables poèmes. Sans oublier le cahier où étaient inscrits tous les proverbes et les maximes qui me plaisaient. Bref, j’irais jusqu’à écrire qu’aussitôt que j’en avais l’occasion, je me retrouvais un stylo à la main et j’écrivassais.

Encore aujourd’hui, parfois, l’envie d’écrire me prend si fort que je m’efforce à trouver une idée pour calligraphier sur un bout de papier à peu près n’importe quoi. Tellement, que j’en suis rendue au point où même si c’est juste pour dresser la liste d’épicerie, je m’applique à manier le stylo aussi élégamment que devait le faire Jane Austen lorsqu’elle rédigeait ses romans à la plume.

Enfin, voilà en partie ce qui en est pour mon intérêt de l’écriture.

Le paranormal

Maintenant, d’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours été intriguée par l’univers spirituel ou plus communément appelé les phénomènes paranormaux. Cela étant écrit, il faut savoir que je suis tout de même très sceptique et que je remets en question bien des choses sans toutefois malheureusement y trouver une réponse qui me convienne vraiment. Donc, non je ne suis pas une adepte de l’occultisme, mais je me renseigne puisque de tout évidence de nombreuses disciplines liées à cet univers sont pratiquées depuis des lustres et qu’elles font parties de l’histoire de l’humanité.

Tout repousser du revers de la main avec le seule prétexte qu’il n’y a pas de preuve ou d’explications plausibles ne me semble pas la bonne attitude à adopter. Et bien qu’il y ait bon nombre de personne qui se trouve du même avis que Patrick Lagacé (Rencontres paranormales à TVA : Exploiter la crédulité), je crois qu’il y a lieu de s’interroger davantage sur les phénomènes même si la science est «incapable» de prouver que cela est bien réel. On dit que c’est à ceux qui disent qu’une chose existe d’en apporter les preuves scientifiques. Absurde! Si la science veut à tout prix prouver quelque chose qu’elle se démerde à trouver une façon de fournir les preuves. Mais tel que je l’ai écrit dans mon précédent billet Sait-on que l’on ne sait rien? la science est loin d’être à son apogée, alors elle ne devrait pas brandir son index en l’air en disant que s’il n’y pas moyen de vérifier quelque chose de manière scientifique, forcément cette chose n’existe pas.

Je trouve d’autant plus ridicule le défi des Sceptiques du Québec qui offre une bonne somme d’argent à quiconque prouve un phénomène paranormal en se produisant en public en plus d’être devant des gens peu réceptifs! C’est un peu comme d’avoir un chien qui fait plein de pirouettes mais qui soudainement devant un public, il n’obéit plus aux ordres de son maître et reste assis sur son arrière-train. Mais enfin, l’Homme étant ce qu’il est, je leur concède que dans un monde où la science est un forme de religion, il est normal de vouloir avoir des preuves coûte que coûte.

En faite, honnêtement, ce qui m’amène à faire des petites recherches à ce sujet, c’est davantage dans le but de trouver des explications concernant divers phénomènes que j’ai vécu et que je vis encore aujourd’hui. En général, rien de bien surprenant, juste de petits détails qui font quand même réfléchir et dont je crains malheureusement la science n’a pas encore trouvé de réponse. Cela dit, je m’arrête ici en ce qui a trait aux arts occultes. Là n’est pas le but de mon billet.

Écriture automatique

Je ne vais pas tenter de donner quelques définitions concernant la pratique de l’écriture automatique, je vais plutôt vous partager quelques lectures. Tout d’abord une bonne explication quant à l’origine du terme écriture automatique et de son usage dans le courant surréaliste sur Wikipédia  Ensuite, sur le site de l’Alliance spirite vous y trouverez comment les occultistes définissent l’écriture automatique, inspirée et intuitive. Et finalement, voici un petit article sur ce phénomène publié par les Sceptiques du Québec (L’écriture automatique).

Maintenant, chacun à son opinion sur le sujet quoiqu’il en soit je ne souhaite pas débattre sur les hypothèses du pourquoi et du comment ce phénomène existe. Je désire plutôt vous communiquer ma perception concernant l’usage que l’on peut faire de cette pratique.

J’ai fait mes premières expériences en écriture automatique il y a de cela déjà plus de 6 ans. Les raisons précises qui m’ont poussée à me mettre à écrire de cette façon, franchement, je ne m’en souviens pas. Quoiqu’il en soit, j’étais adolescente que j’aimais tester plein de phénomènes alors adulte ça me plaisait tout autant.

Globalement, mes écrits sont jusqu’à présent très sereins. On n’y retrouve aucune agressivité, que de bon mots rassurants. Si cela provient de mon subconscient comme le prétend la psychologie et bien je n’ai pas une onze de méchanceté au plus profond de moi-même. Et toujours sous ce point de vu scientifique, je dois avoir une personnalité antagoniste où mon subconscient est le rival de mon conscient, puisque je crois (maintenant je doute) des choses dur comme fer et pourtant j’écris diamétralement l’opposé.

On dit, je ne sais plus trop qui a dit cela, que lorsqu’on se parle et qu’on se pose des questions à voix haute, ce qui compte c’est de ne pas se répondre. Autrement, c’est de la folie! Je suis plus que folle, parce que non seulement il m’arrive, au quotidien de manière involontaire, de me poser des questions et d’y répondre, je le fais également par écrit et en plus volontairement.

Quelle est l’utilité de ces questions-réponses? La même que de lire un livre de philosophie ou simplement un roman, s’informer et se distraire! Disons que je le fais davantage pour la première raison, j’ai l’impression de m’éduquer par moi-même. C’est très spécial, je l’admets, mais tous ces écrits sont au bout du compte pour moi  une source d’inspiration. J’aborde plusieurs thématiques concernant notre existence, la nature de notre raison d’être et les divers comportements que nous adoptons selon les situations auxquelles nous sommes confrontés. Je crois que cette pratique m’offre des réflexions qui sont riches en métaphore et en sagesse, et qui pourront m’être utiles dans mes divers projets d’écriture.

L’expérience est agréable et mystérieuse. Finalement, une femme, la nature, un objet, tous peuvent être la muse d’un écrivain… dans mon cas c’est un stylo!

Partager:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *