Semaine 4

Couture, broderie numérique et e-textile

    Contenu de la semaine

  1. Surjeteuse
  2. Machine à coudre
  3. Brodeuse
  4. Jour 1 et 2 - Expérimentation des machines et réalisation du projet
  5. Textile intelligent (e-textile)


Surjeteuse

Surjeteuse Singer La surjeteuse sert principalement pour réaliser de belles finitions. Celles-ci permettent aussi d'allonger la durée de vie d'une pièce puisque le tissu ne s'éffiloche plus. La surjeteuse peut fonctionner comme une machine à coudre normale et elle peut utiliser plusieurs fils également selon le type de point choisi.


Les différentes partie d'une surjeteuse via le site de Singer.be

Surjeteuse Singer

Voici une vidéo que j'ai regardé pour savoir comment Commencer une couture à la surjeteuse.



Machine à coudre

Machine à coudre SingerCette machine peut avoir plusieurs fonctions. Elle permet entre autres chose de coudre, soit d'assembler des morceaux de tissu, il est possible de faire du surjet simple sans découpe automatique du tissu.

Tout comme la surjeteuse, la machine à coudre fonctionne principalement avec deux fils. L'un qui vient de la partie supérieure enfilé dans l'aiguille et l'autre qui vient de la partie inférieure soit de la canette. La surjeteuse en revanche peut avoir beaucoup plus que deux fils pour effectuer certains type de couture. Les deux machines permettent de remplir les canettes vides. Les canettes sont les petites bobines parfois en métal d'autrefois en plastique qui s'installent dans la partie inférieure de la machine à coudre.


Les différentes partie d'une machine à coudre via le site de Singer.be Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Surjeteuse Singer



Brodeuse numérique

Brodeuse numérique Brother LB6810La brodeuse sert évidemment à broder des images ou du texte sur un tissu. Étant numérique, la machine détecte les couleurs utilisées dans le fichier qui est fourni à la machine. Il faut donc assister la machine lors du changement de bobine.




JOUR 1 - Expérimentation des machines et réalisation du projet

Pour cette semaine concernant le textile, l'objectif était de réaliser un projet qui permettait d'utiliser les trois machines. On nous a proposé de faire un tissu pour réaliser un furoshiki, qui est une technique japonaise d'emballage. Il est possible d'emballer des cadeaux ou tout autre objet devant être transporté.

Ainsi, pour ma part, j'ai confectionné un tissu inspiré d'éléments asiatiques. Ci-bas, voyez ce qui a été fait pour chacune des machines afin de réaliser ce projet. Aussi, vous pouvez vous référer aux définitions de certaines parties de la machine sur ce site que je trouve vraiment bien détaillé L'anatomie d'une machine à coudre.

Furoshiki bordure

Surjeteuse

D'abord, j'ai décidé qu'elle allait être la forme de mon tissu. J'ai réduit les dimensions pour en faire une pièce de tissu carrée. Grâce à la surjeteuse, j'ai donc fait ma bordure tout en coupant l'exédant de tissu pour obtenir les dimensions souhaitées. C'est plutôt simple à réaliser, mais il faut maîtrise la vitesse pour bien coudre et d'éviter qu'il n'y ait trop de tension sur le tissu ce qui le fait plisser.


Machine à coudre

Avec la machine à coudre, le défi était de faire des lignes et des formes afin d'apprendre à maîtriser la machine. J'ai donc débuter par faire des lignes droites qui se chevauchent. Pour réaliser ce type de design, il faut savoir quand arrêter l'aiguille et comment tourner le tissu pour obtenir les lignes désirée.

Ce qu'il faut retenir c'est que lors qu'on doit tourner le tissu pour faire un coin par exemple, il faut que l'aiguille demeure dans le tissu pour qu'elle serve de point pivot et ainsi éviter de perdre l'endroit d'où le motif doit se poursuivre. On s'assure que l'aiguille est dans le tissu et puis on lève le pied et on tourne le tissu dans la direction désirée.

Deusième défi avec la machien à coudre, c'était de réaliser des courbes voire des spirales. J'ai donc voulu faire un motif représentant un soleil et un nuage dans le style asiatique. Cela n'a pas été simple, mais le résultat est plutôt satisfaisant. Ce qui est à noter c'est que plus les courbes sont petites et plus il est difficile de tourner le tissu pour suivre le tracé. Il faut être habile pour contrôler la vitesse.

Courbes avec la machine à coudre

Brodeuse numérique

J'ai eu une expérience particulière cette fois-ci avec la brodeuse numérique. La première fois que je l'avais utilisé dans le cadre d'une expérience personnelle tout c'était bien déroulé.

Cette fois-ci en revanche j'ai eu un problème qui a été plutôt long à démystifier. Il s'agissait de manière évidente que la tension n'était pas bonne mais pourtant tous les éléments étaient bien placés suivant l'ordre indiqué sur la machine. J'obtenais sans cesse, un résultat vraiment médiocre comme celui-ci.

Problème de tension

Après investigation nous avons trouvé, mes camarades et moi, une différence de forme et de dimension sur les canettes utilisées. En effet, la brodeuse numérique doit utilisé des canettes bien précises car les autres que nous avons utilisées étaient légèrement bombées et lorsqu'on les insérait dans la machine il devait y avoir un petit jeu et cela jouait donc sur la tension du fil.

Canettes de fil différentes

Une fois ce problème résolu, la réalisation de mon dragon s'est bien déroulé.

Création du fichier

J'aimerais juste revenir sur la conception du fichier pour la brodeuse numérique. Tout d'abord, j'ai trouvé une image sur un site où l'on peut obtenir des images vectorielle gratuitement FreePik.com.

Canettes de fil différentes

Lorsque j'ai trouvé ce que je souhaitais, je l'ai ouvert dans le logiciel Inkscape et j'ai modifé le tout. Avant de faire la version finale sur le tissu de mon furoshiki, j'ai voulu tester la machine pour voir le résultat de mon image choisie. J'ai donc dû couper la tête de mon image complète et j'ai fait un fichier pour la brodeuse juste avec cette section du dragon.

Tête du dragon en TIFF

Une fois les tests terminés j'ai créer le fichier du dragon complet.

Tête du dragon en TIFF

Le format de fichier qui est lu par la brodeuse numérique Brothers, c'est un PES.

Nom du fichier PES

Pour créer ce fichier lu par la brodeuse j'ai dû ouvrir mon image dans un logiciel qui permet de faire le tri de couleur et sauver ensuite en .pes pour la Brothers. Malheureusement pour ce projet j'ai oublié de faire des captures d'écran dans le logiciel et puisque ma période d'essai est expirée, je ne peux en faire actuellement. Je vous renvoie donc à mon billet sur mon premier projet réalisé avec la brodeuse numérique.

Préparation du tissu

En premier lieu, il faut placer un tissu stabilisateur dépend du type de tissu sur lequel on choisit de broder. Je ne suis pas assez informée sur le sujet pour l’instant mais selon le type de surface sur laquelle on veut broder, il existe différents stabilisateurs pour assurer une broderie de qualité qui ne risque pas de plisser le tissu durant le travail.

J’ai donc repassé un stabilisateur thermocollant derrière mon tissu très léger ce qui l’a rendu légèrement plus rigide. Ensuite, j'ai inséré le tissu dans le cerceau en positionnant bien le tissu et les anneaux pour que le tout soit bien tendu et prêt pour la brodeuse.

Dragon en cours de broderie Stabilisateur au dos du tissu

Voici le résultat final de mon furoshiki.

Courbes avec la machine à coudre



Textile intelligent (e-textile)

Nous n'avons pas réalisé de projet proprement dit mais nous avons abordé la possibilité de réaliser des circuits sur du textile. Grâce entre autres aux fils conducteurs que l'on peut coudre sur le tissu, il est possible d'intégrer des lumières ou toutes autres fonctions répondant à une programmation particulière.

J'ai fait quelques recherches sur le sujet des textiles intelligents et j'ai trouvé ce document réalisé par la Chaire de recherche du Canada en micro- et nano- photonique de l'école Polytechnique de Montréal. On y explique la création de tissu qui s'illumine grâce à divers procédés et matériaux. On parle même de la création de textile pouvant emmagasiner de l'énergie donc du textile avec une forme de batterie créée expressément pour le textile.

Explorer cet univers du textile intelligent pourra permettra la création de vêtements avec des fonctions spéciales tel que par exemple dans le film Retour vers le futur 2, le manteau de Marty McFly se sèche seul ou encore les chaussures qui se lacent automatiquement.


Il sera possible de créer des tissus qui permettront d'accumuler de l'énergie par des capteurs de lumière. Ainsi peut-être aurons-nous un jour des rideaux qui emmagasineront de l'énergie solaire pour alimenter nos maisons en électricité.