Sait-on que l’on ne sait rien?

Ce soir, je réfléchis tout bas en écrivant tout haut. Dernièrement, j'ai de nombreuses pensées qui traversent mon esprit. Ces réflexions se chevauchent, s'esquivent, se bousculent et se fracassent entre elles. J'ai une véritable congestion mentale qui me fait perdre un temps fou lorsque je tente d'organiser mes idées. À cause de ce ralentissement global dans mes neurones, je ne sais pour quelle raison mais mon cerveau s'attarde à quelques questions relatives aux croyances que l'humain peut avoir.

J'ai beau essayer de chasser ses interrogations de ma tête, elles reviennent aux galops en faisant des sauts d'obstacles à travers mes pensées. Alors il vaut mieux que j'écrive… que j'écrive jusqu'à ce que mon cerveau lâche prise!

La science

L'humain semble croire qu'il est en position de tout comprendre ce qui l'entoure grâce à la science. Mais qu'est-ce la science? Une façon de connaître les objets et les phénomènes qui se trouvent dans l'univers. Plus encore, Le Robert nous écrit que la science est :

« Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble de connaissances, d'études d'une valeur universelle, caractérisées par un objet (domaine) et une méthode déterminés, et fondées sur des relations objectives vérifiables [sens restreint] »

Et maintenant, ma question : est-ce que la science est parvenue à son apogée? Mieux encore, l'homme croit-il aujourd'hui être à son zénith? Le croyez-vous? Si cela était le cas, il aurait réponse à tout n'est-ce pas? Ce qui ne semble pas le cas. L'Homme est avide de connaissance, il est plus que curieux, il cherche à tout comprendre. Le problème est là… le «tout» peut-il être compris. Doit-il être compris?

N'est-il pas possible que l'homme cherche à comprendre des choses qui vont au-delà de son entendement… actuel? Et que lorsqu'il ne comprend pas deux solutions se présentent à lui, celle du refus global et total sans preuve irréfutable (la science) ou celle d'avoir des croyances.

Les croyances

L'humain croit en bien des choses, la première chose à laquelle il croit c'est la science! Tous ces fameux «Saviez-vous que…» auxquels on croit simplement parce qu'on nous dit que cela a été prouvé scientifiquement. Bon nombre de phénomènes physiques n'ont jamais été testés par vous et moi, mais puisqu'un groupe de personnes qui ont une soi-disant  éthique professionnelle et qui répondent à certaines façons de faire, nous disent comment ces phénomènes surviennent, alors nous les croyons. Nous les croyons comme nos ancêtres croyaient aux dires des prêtres, par méconnaissance voire ignorance. Les prêtres savaient lire et écrire, ils possèdent le pouvoir du savoir comme les scientifiques le possèdent également.

Mais revenons au fait de croire avec preuve à l'appui. L'Homme rejette parfois presque littéralement la possibilité de ce qu'il lui est inconnu simplement parce qu'il est incapable d'observer et d'expérimenter un phénomène. La plupart des scientifiques ont, je dirais, cette manie «St-Thomanesque» de vouloir mettre le doigt sur tout et partout. S'ils en sont incapables, il ne s'agit pas de leur incompétence actuelle à pouvoir prouver une singularité, mais de tout évidence d'une impossibilité de son existence.

Enfin, je ne sais pas si mes écrits sont clairs, dans ma tête malgré cette sombre confusion, je sens également une vive clarté. Je pourrais écrire encore longtemps, mais aller me reposer est un geste plus responsable. Je conclue donc ainsi. Pourquoi ne prenons-nous pas ce que nous savons de la vie à peu près de la même manière que ce qu'un enfant peut savoir de la vie. C'est-à-dire qu'avec ses connaissances et ses capacités à comprendre le monde, l'enfant l'observe d'une manière qui n'est pas mauvaise en soi mais juste incomplète. Incomplète dans le sens que bon nombre de notions lui sont encore inaccessible puisqu'il n'est pas en âge de comprendre toutes les connaissances que plusieurs adultes possèdent.

Et si nous n'étions que des enfants aux yeux de l'univers… et si ce que nous croyons savoir n'est qu'en fait une minime partie de ce qui peut être possible, de ce que nous croyons être notre réalité, LA vérité.

Partager:Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un Commentaire

  1.  La religion et la division en deux du chaman, cher les Cantabre c’était une sorcier qui invoqué les esprits des anciens et les force de la nature, et qui pratiques les incantations et danses rituel, prépares des posions d’herbes médicinal et animal aussi, puis est venu une division des pouvoir. Chez les Cantabres il y avait trois pouvoirs, le guerrier, la prophétesse, et le conseil qui était le pouvoir suprême et collégiale. Ainsi les ont d’écris les historiens de l’antiquité, et les archéologues qui les étudies de nos jours. Le sorcier mystique et parti a l’obscurantisme et le sorcier guérisseur a la lumière, mais tout les deux ont leur raison d’être. La magie et les rituels ont sans-doute apparu très tôt chez les humains. Avec la conscience de la mort et voyant que aucun pouvoir des humains ne pouvez l’évité le religieux et sont dieu et apparu il proposé un paradis. De la cueillette Les femmes ont développé les travaux manuel, l’agriculture et l’artisanal, elle a développé la méditation pars le travail. Les hommes ont évoluait de la chasse a l’élevage. Sans-doute l’homme a connu plus de difficulté il perd sont troupeau pars la maladie et les attaques des bêtes sauvages et les autres hommes. Les dieux protecteurs et guerriers se sont développés chez l’homme. Les déesses de la fécondité et de la nature généreuses ont prit de l’impotence chez la femme. Les peuples aux multiples pouvoir comme le Cantabre étaient sur la bonne voie, mais sont apparu les grandes peuples Égypte et les cités, Babylon, Carthage, Rome etc. des cités puissantes qui avec besoin de beaucoup de commerce et stabilisé leurs pouvoirs pars la conquête des peuples qui mettais en danger leurs survie. Et la sont apparu des dieux matérialistes, et des hommes se sont élevé au rend de fils de dieu. Aujourd’hui les dieux qui reste sont tousses des dieux moraliste, que les hommes interprète a leurs convenance, des dieux qui permette a l’homme d’avancé masqué, en brandissent une morale dont ils sont très peu les maitres !     
    Plus j’avance plus je doute du dieu unique !
    Tous les dieux les plus puisant qui existe aujourd’hui sont Asiatique Bouda jésus Mahomet etc.  . Il ne corresponde en rien aux dieux de nos ancêtres ! En plus jésus et Mahomet sont les continuateurs du dieu des hébreux, le dieu des armées. Il est possible que le dieu des hébreux sois le dieu unique, mais les hommes l’on pervertie a travers les écritures !
     (A développé julio na pas les moyens intellectuel ni les connaissances suffisent pour plus)
    Nous avons le même problème en économie il s’agi plus de religion que de véritable besoin pour l’homme et les politiques son inculte en économie et il suive des gourous de la bourse et du marcher. Et bientôt les économistes asiatiques vont s’imposer aux autres ! Ici en Europe il veules mettre l’homme au servisse du marcher et pas l’inverse mais d’où viennes ses idées qui les développes ?
     

Répondre à JULIO Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *